Accusé du meurtre de sa compagne, il revient sur ses dépositions

Accusé du meurtre de sa compagne, il revient sur ses dépositionsAccusé du meurtre de sa compagne, il revient sur ses dépositions. Un expert psychologue l’a confirmé, mardi, au cours de la première journée d’audience à la cour d’assises de Saintes. Il se perd dans des détails étonnamment clairs. Mais, comme le déclare le président, Claude Pascot, il «ne répond pas à la question». Le Kabyle est accusé du meurtre de sa compagne, le 30 décembre 2009, à Saint-Savinien.

La victime a reçu un coup fatal sous l’aisselle gauche, donné à bout portant comme l’ont rappelé le médecin légiste et l’expert en balistique.

Le soir du drame, Salah Chitour a avoué avoir tué sa concubine, avant de se rétracter. Mais des traces de poudre ont été retrouvées sur les mains de l’accusé.

Et puis, cette nouvelle version, mardi au tribunal de Saintes. « La porte de la chambre était ouverte, j’ai vu ma femme allongée sur le lit à ma place , elle était pleine de sang. Je suis sorti appeler les gendarmes. » « C’est la première fois que j’entends cette version », a souligné Claude Pascot La digression, Salah Chitour va en user toute la journée, rappelé à l’ordre plusieurs fois par le président.

Vient ensuite la liaison avec la victime. Le père de famille perd tout en l’espace de deux ans avec les décès de ses deux fils.

Le soir du meurtre, il présentait un taux de 2,14 g d’alcool par litre de sang.

Le psychologue l’a présenté comme «une prise de médicaments afin de soulager sa dépression».

À la barre, sa fille va dresser un sombre tableau fait de violences répétées et d’insultes envers elle-même et sa mère.
résume art Emmanuelle Chiron du Sudouest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * for Click to select the duration you give consent until.

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte