Méthanisation

Selon le maire, Claude Belot, «ce qui est quasiment certain, c’est que nous pourrons disposer d’un système de production de biogaz dans laquelle le méthane récupéré pourra servir à apporter des calories aux différents réseaux de chaleur de la ville».Il est question des boues d’épuration à hauteur de 252 tonnes par an…

…mais il est aussi possible d’envisager une alimentation en déchets verts, en fermentescibles agro-industriels voire issus de grandes surfaces peut-être, en résidus de cantines ou de restaurants dans un périmètre qui reste aussi à établir.

Car il ne s’agit pas non plus de porter préjudice à d’autres installations, les plus proches se trouvant dans les secteurs de Cognac et de Saintes.

Si la ville (géothermie, chauffage urbain au bois) et le territoire sont à la pointe de l’actualité en matière d’énergies renouvelables (électrosolaire également), le recours au fioul, en secours, peut s’avérer parfois nécessaire.

D’autant que les réseaux de chaleur urbains seront forcément appelés à se développer, notamment à travers les nouvelles installations commerciales prévues au Parc La Source et au centre Leclerc, du côté de la Résidence Philippe (projet d’hébergement pour la jeunesse) et de la Résidence Daniel (dont le raccordement est prévu en remplacement du tout électrique).

Et pourquoi pas imaginer aussi, dans un futur peut-être pas si lointain, d’autres utilisations énergétiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * for Click to select the duration you give consent until.

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte