La légitime défense dans le débat

La légitime défense dans le débatLa légitime défense dans le débat. Le juge d’instruction du tribunal de grande instance de Saintes chargé de l’affaire avait d’abord décidé d’une ordonnance de non-lieu, le 1er février 2012. Autrement dit l’abandon de l’action judiciaire en cours. Mais les proches de la victime et le procureur avaient alors fait appel de cette décision.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Poitiers déclarant ces appels recevables, voilà pourquoi Jean-Pierre Duclos, un chef d’entreprise de 55 ans, est jugé aujourd’hui et demain pour le meurtre de l’ancien petit-ami de sa fille, Alexandre Claverie, alors âgé de 22 ans.

Les faits s’étaient déroulés au Chay, à côté de Saujon, le 13 janvier 2008. Chaque élément de ce qui s’est déroulé ce 13 janvier 2008 sera sans doute décortiqué à la loupe.

Jean-Pierre Duclos, qui comparaît libre, n’appréciait guère Alexandre Claverie, un garçon de Corme-Écluse, village jouxtant Le Chay. Il a dans son coffre un fusil laissé ici après une partie de chasse le mardi précédent.

Ce dernier a un bras plié dans le dos, laissant supposer qu’il dissimule quelque chose. Jean-Pierre Duclos affirmera avoir pensé que c’était une arme à feu.

Le premier était armé d’un fusil qu’il portait en direction du second, celui-ci dissimulant ses mains derrière son dos. En fin de compte, un morceau de céramique.

Le témoin est encore présent lorsque la victime se rapproche du chef d’entreprise et lui met un coup de poing de sa main droite. Le coup de feu part peu de temps après.

Résumé art de Sudouest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * for Click to select the duration you give consent until.

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte