De nouvelles découvertes

Des explications qui renvoient plus de huit siècles en arrière, à la découverte des méconnus seigneurs de Didonne et de leur château aujourd’hui disparu.Lorsqu’elle est entreprise dans un secteur sensible du point de vue historique, une initiative immobilière privée a le mérite, entre autres, de déclencher une campagne de fouilles archéologiques dite préventive.À Saint-Georges-de-Didonne, le promoteur social Vilogia savait que le site de l’ancien camping Azpitarté était localisé dans un secteur dont le sous-sol est susceptible de receler des éléments historiques.

Un ouvrage dont ne subsiste aucune trace matérielle visible et « dont on sait encore peu de chose », avoue Catherine Vacher, qui a déjà couché dans un rapport de 78 pages les premiers éléments qu’elle a rassemblés au printemps 2012, lors de son diagnostic du site soumis à fouille.

Sur un strict plan matériel, le bilan de la campagne de deux mois de fouilles est maigre, sans être inintéressant.

Ces éléments sont légion, notamment, dans les douves du château, qui tenaient lieu de dépotoir.

Du château lui-même, « on sait par les premières recherches documentaires qu’il ne subsistait déjà aucune trace au XVIIIe siècle » et qu’il a probablement été détruit à la fin du XVe siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * for Click to select the duration you give consent until.

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte