Le violon et ses amis à la plage

Ces trois instruments curieux – le hang est une sorte de bassine métallique bombée que l’on frappe avec les doigts ou le plat de la main ; tout le monde connaît les castagnettes, mais on les entend rarement en concerto ; et l’erhu est ce violon chinois à deux cordes – seront à l’honneur pour cette édition d’Un violon sur le sable à Royan.

Outre le morceau de Mozart, il interprétera l’une de ses compositions, «Mono Desire».

Pour cette première soirée, Manu Delago partagera la scène avec d’autres artistes, comme la pianiste Edna Stern (andante du Concerto n° 2 de Chostakovitch et le final du Concerto pour piano de Grieg), le violoniste Lorenzo Gatto (final du Concerto pour violon de Tchaïkovski) et la soprano Mélanie Boisvert, que l’on entendra dans la «Chanson de Solveig», de Grieg, et dans un morceau de Johann Strauss.

Tous seront accompagnés par l’orchestre d’Un violon sur le sable, une formation de 70 musiciens dirigée depuis des années par Jérôme Pillement et composée d’artistes provenant de différents orchestres français qui reviennent chaque année à Royan avec un enthousiasme non dissimulé.

Conformément à la tradition désormais bien établie, Un violon sur le sable se veut une immense fête, où l’on célèbre la musique classique à travers ses morceaux les plus connus. S



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Sortir
Masquer