Guignol, de pères en fils

Frères, pères, grands et arrière-grands-pères : tous les hommes de la famille ont été marionnettistes. André Guérin et sa voix rocailleuse ne font pas exception. Dès 1853, date de création du théâtre Guignol à Lyon, les personnages incontournables du casting sont les mêmes : Guignol, Gnafron, Madelon et le gendarme. André Guérin a 11 ans quand son père l’autorise pour la première fois à manipuler ces personnages de bois.

Sculptées dans du tilleul, les marionnettes sont peintes et cousues à la main.

«Pendant des années, j’ai observé mon père, appris par c\u0153ur les histoires qu’il racontait aux enfants», se souvient André Guérin.

André et son frère Philippe ont hérité des marionnettes de leur père.

Avant d’être «guignoliste» comme il se plaît à le dire, André Guérin a eu une autre vie.

Pendant tout l’été, André Guérin assure deux spectacles quotidiens.

La première représentation a lieu à 17 heures, l’autre à 21 h 30.

Philippe, son frère, se produit à quelques kilomètres de Royan, à Pontaillac et à Rochefort. S



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy * for Click to select the duration you give consent until.