Mercredi12DécembreSemaine 50 | Saint Jeanne-Françoise de ChantalEPremier croissant


12/12/2018, 13 h 09 min
Partiellement ensoleillé
Partiellement ensoleillé
10°C
Température ressentie: 12°C
Pression : 1020 mb
Humidité : 76%
Vents : 4 km/h SO
Rafales : 11 km/h
UV-Index: 2
Lever du soleil : 8 h 36 min
Coucher du soleil : 17 h 20 min
 

Une patinoire à Royan


Du 01/12/2018 au 06/01/2019 - Place Charles de Gaulle - Ouvert tous les jours (séance de 2h) : 10h à 12h / 12h à 14h / 14h à 16h / 16h à 18h / 18h à 20h / 20h à 22h les vendredis, samedis et pendant les vacances scolaires jusqu’au dimanche 6 janvier 2019 - 06 71 94 76 09 - 5 € (gratuit jusqu’à 5 ans) - carte journée 10 € Lire la suite

Le père noël est au marché de noël

Le 23/12/2018 à 11h00 :
Place du 4ème Zouaves, face à la Patinoire – CFAR : 05 46 23 88 48 – Gratuit
Distribution de chocolats et cadeau surprise…
Lire la suite

Notre Newsletter

Inscription à: Lettre d'infos de la Charentes Maritime
Votre E-Mail:
Nombres d'inscrits :

Traduire



 
 

Une collection de deux siècles de journaux à saisir

Une collection de deux siècles de journaux à saisir Une collection de deux siècles de journaux à saisir . Voilà des mois qu’Hélène Murat, 84 ans, cherche en vain un repreneur pour sauver une collection entamée voici trois générations et dont elle est la dernière dépositaire.

Ce sont près de 18.000 journaux anciens, vieux pour certains de plus de deux siècles. Ce que veut Mme Murat, c’est éviter qu’elle ne soit dispersée par une « vente à la découpe ».


C’est Michel Murat, comte de Murat (1849-1921), issu d’une famille auvergnate anoblie par Louis XV, qui a entamé cette collection, sans même en avoir conscience au départ.

Son fils Auguste (1882-1954), puis son petit-fils Jean (1921-2010), le défunt mari de Mme Murat, ont pris le relais, l’étoffant au fil des ans.

Les numéros zéro: « Ils étaient distribués dans la rue pour être testés auprès du public avant le lancement officiel », rappelle Hélène Murat.

Mais « beaucoup de journaux publiés avant 1970 sont conservés dans des housses plastiques que j’ai fabriquées moi-même, pour ne pas que l’encre déteigne », précise fièrement Mme Murat.


Votre message