« L’audit est orienté pour disqualifier la régie »

Eau douce du robinetPortant le slogan «Bien commun de l’humanité, l’eau n’a pas de prix», la bouteille lui a été offerte par Danielle Mitterrand qui, à la tête de France Libertés, a mis le droit d’accès à l’eau au premier rang des droits de l’homme. Claire-Sartre-Loubignac a ouvert son robinet et l’a remplie d’eau potable de Saintes. Et cette bouteille n’a pas quitté la présidente d’Eaux secours services publics 17 (ESSP 17) tout au long de la conférence de presse tenue avec une dizaine de membres de l’association, lundi soir, à la salle Saintonge.

Les journalistes avaient été avisés de cette rencontre le jour même où Frédéric Mahaud s’exprimait sur le futur choix municipal concernant la gestion de l’eau au-delà de 2013.

L’adjoint au maire a, déjà, pesé les inconvénients de la création d’une régie, en mettant en avant le coût pour le budget de la Ville («Sud Ouest» du lundi 6 juin).

Élu Europe écologie-Les Verts au Conseil régional d’Aquitaine, Patrick du Fau de Lamothe, juriste et comptable de formation, est, selon Eaux secours services publics 17, «un expert indépendant et reconnu nationalement» sur la question de la gestion de l’eau.

Eaux secours services publics 17 a demandé à Patrick du Fau de Lamothe d’étudier l’audit commandé, en 2010, par la Ville à la société PPS collectivités.

C’est absolument faux pour une entreprise privée car il faut ajouter aux charges, les bénéfices pour rémunérer les actionnaires et l’impôt sur les sociétés. S



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité