Juillet à l’ombre des salles de ciné

Ticket-cinemaA l’approche de la quarantaine, le Festival international du film de La Rochelle garde une fraîcheur d’esprit d’adolescent. Sans cesse à la recherche de perles rares, de trésors cinématographiques oubliés, il poursuit sa croissance sans perdre sa curiosité. En témoigne la programmation de l’édition 2011, qui fourmille de longs et courts métrages singuliers, inattendus, qui sont autant de regards portés sur le monde.

Le deuxième festival cinématographique de France, après celui de Cannes, n’oublie pas pour autant les monstres sacrés. Les oeuvres de Buster Keaton, David Lean, Jean-Claude Carrière et Maurice Jarre illumineront cette édition.

Un choix que n’aurait sûrement pas désapprouvé Michel Boujou, l’une des plus belles plumes de cinéma, originaire de Jarnac, disparu la semaine dernière.

Un hommage sera rendu à ce réalisateur français, héritier de Pasolini, qui sera en résidence à La Rochelle en 2011 et 2012, où il tournera un film pour le festival.

En sept notes sifflées, vous voilà sur le «pont de la rivière Kwai». Une image de désert en tête, une seule musique pour l’accompagner, celle de «Lawrence d’Arabie».

Maurice Jarre est l’un des plus grands compositeurs du cinéma mondial. Du «Metropolis» de Fritz Lang, en copie restaurée et version intégrale présentée en avant-première, à «Boudu, sauvé des eaux» de Jean Renoir, avec Michel Simon. S



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy * for Click to select the duration you give consent until.