« Un débit déjà inquiétant avant toute irrigation »

Eau douce du robinetLe déficit en eau est, dès à présent, alarmant en Charente-Maritime et le bassin de la Boutonne n’y échappe pas. Jean-Yves Martin, le conseiller général de Saint-Jean-d Angély et Frédéric Emard, le maire de Saint-Julien-de-l Escap, président du Symbo (syndicat mixte d’étude pour la gestion et l’aménagement du bassin de la Boutonne) ont posé un diagnostic et préconisé des mesures à prendre. Tous deux s’exprimaient en tant que président et vice-président de la commission locale de l’eau (CLE) du bassin-versant de la Boutonne.

Sur ce bassin, les agriculteurs irrigants sont souvent montrés du doigt.

Aujourd’hui, l’Asa Boutonne, qui regroupe 350 propriétaires, 115 exploitations agricoles sur le bassin de la Boutonne, s’inquiète elle aussi de «la situation préoccupante des cours d’eau, conséquence d’une pluviométrie exceptionnellement déficitaire».

Comme, par exemple, la connaissance d’études complémentaires réalisées dans le cadre du projet de stockage, qui démontrent que l’impact des prélèvements agricoles ont, pour la plupart, un impact immédiat (une semaine au plus) sur le cours d’eau le plus proche.

Pourtant, la méthode de calcul du volume prélevable a retenu un effet retard des prélèvements d’un mois.

L’ASA Boutonne porte un projet de stockage d’eau de près de 6 millions de mètres cubes depuis le début de l’année 2004.

Après une première phase d’études déposées en 2008, elle achève des études complémentaires demandées par les services de l’État à l’issue de l’instruction des premiers dossiers. S



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy