Ils recherchent toujours un accord à l’amiable

Faciliter, en dehors de toute procédure judiciaire, le règlement de différends à l’amiable, telle est la mission incombant aux conciliateurs de justice. La fonction, bénévole, existe depuis mars 1978 mais elle demeure méconnue. Aussi, Marie-Claude Ménard et Richard Toubhans qui l’exercent en Saintonge ont-ils souhaité, eux-mêmes, rappeler leur rôle. Clerc de notaire à la retraite – elle a exercé trente-cinq ans – et ancienne adjointe au maire de Cozes, Marie-Claude Ménard possédait, de par sa profession passée, d’utiles notions de droit pour devenir conciliateur de justice.

«Même si nous ne disons ni ne faisons le droit, la connaissance du code civil nous demeure fort utile», reconnaît-elle.

Assermentée par la cour d’appel de Poitiers, Marie-Claude Ménard intervient dans le ressort du tribunal d’instance de Saintes depuis 2008.

Les deux conciliateurs tiennent une permanence hebdomadaire à la salle Saintonge prêtée par la mairie ; la justice ne possédait, elle, d’aucun local disponible.

Police et gendarmerie nationales adressent parfois des plaignants aux conciliateurs de justice, de même que les mairies qui n’ont pas vocation à se mêler des litiges entre particuliers. S



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * for Click to select the duration you give consent until.

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte