A l’orange, on s’arrête, car au rouge, ça flashe

Le code de la route est ainsi fait et inflexible sur la question : dès qu’un feu tricolore vire au orange, on s’arrête. Les notions de feu «orange clair» ou «orange sanguine» quand sa coloration en rouge est imminente n’ont aucune valeur quand un fonctionnaire de police constate le franchissement illicite de ce signal. Royan inaugure son premier «système automatisé de contrôle de franchissement de feu rouge», en attendant l’installation imminente d’un second radar avenue de la République.

Il en va, martèle le sous-préfet, «du respect de la règle, du respect du code de la route et, surtout, du respect d’autrui». À compter officiellement du 11 février, le radar de feu du boulevard de la Grandière sévira officiellement.

Toute infraction constatée générera un «message d’infraction», un MIF, pour les intimes, que l’appareil transmettra immédiatement et automatiquement au centre national de traitement de Rennes, à l’instar de ses homologues constatant le respect de la limitation de vitesse.

Depuis quelques jours, boulevard de la Grandière, au feu menant vers la rue de la République ou le cours de l’Europe, les automobilistes trop pressés ne s’en aperçoivent peut-être pas, mais ils sont déjà flashés. S






Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte