Menaces royannaises

Dans la nuit de mardi à mercredi, une main haineuse a tagué les portails des domiciles d’Henri Le Gueut, premier adjoint au maire de Royan – démis de ses délégations -, et de Jean-Bernard Prudencio, élu d’opposition centre droit.

L’acte n’est pas sans réveiller les souvenirs douloureux d’une campagne électorale municipale 1995 marquée au sceau du déchirement au sein même de la droite royannaise, lors du duel entre les listes respectives de Philippe Most et Didier Quentin.

Le terme de «traîtres» a été employé plusieurs fois, en public, par le maire à l’adresse de ceux de ses anciens colistiers aujourd’hui opposés à sa gestion et sa politique. Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * for Click to select the duration you give consent until.

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte