Cessez-le-feu provisoire

Par arrêté, le préfet Henri Massé a suspendu la chasse à certaines espèces d’oiseaux jusqu’à mardi soir. La vague de froid et l’incapacité à trouver de la nourriture ont affaibli les animaux, en faisant des proies trop faciles.

Avant de prendre cette décision, le représentant de l’État a consulté un comité d’experts bien particuliers.

Depuis 2003, un protocole «vague de froid» a été mis en place en Charente-Maritime.

Il associe la Direction départementale de l’agriculture et de la forêt, la Fédération des chasseurs, la Ligue de protection des oiseaux, le club national des bécassiers et l’Association des chasseurs de gibiers d’eau.

L’homme est l’un des observateurs chargés, dans le département, des mesures de suivi de la vague de froid.

La distance de fuite peut, ainsi, passer de 25 ou 30 mètres à seulement 5.

Autrement dit, moins l’oiseau s’envole loin, plus il est en situation de vulnérabilité avancée et il est temps d’agir pour sa protection.

Depuis 2003, ces mesures de suivi de la vague de froid ont été activées quatre fois.

Pour les limicoles ; bécasse des bois, vanneau huppé, pluvier doré, bécassine sourde, bécassine des marais, huîtrier pie, pluvier argenté, bécasseau maubèche, barge à queue noire, barge rousse, courlis corlieu, courlis cendré, chevalier arlequin, chevalier gambette, chevalier aboyeur, chevalier combattant.

Pour les turdidés : merle noir, grive litorne, grive musicienne, grive mauvis, grive draine. Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Sortir
Masquer