Des nations et des centaines de sourires

Samedi, jour de fête nationale, le Haras, lui-même national, a revêtu ses habits de lumière. Venus du Chili, de Bolivie, du Costa Rica et de Géorgie, musiciens et danseurs ont investi des allées bien garnies par un public festif, prêt à les accompagner dans leurs farandoles. Voyageant régulièrement, pour la plupart d’entre eux, dans des pays lointains, tous ces artistes sont les fiers représentants des traditions et valeurs de leurs pays respectifs.

«Nous voulons faire connaître nos danses, notre musique à l’extérieur de nos frontières», assure le jeune homme qui visite la France pour la première fois.

Daniela Rodriguez, rayonnante danseuse costaricaine, confie, à son tour, vivre «une expérience fort enrichissante», elle qui a pu, auparavant, voyager au Portugal, aux États-Unis et en Espagne grâce à sa troupe.

Carla, 25 ans, en provenance de Bolivie, ressent, elle aussi, un sentiment très fort de fierté nationale quand elle voyage à l’étranger pour présenter les danses traditionnelles de son pays.

«Nous tissons des liens avec les autres groupes, nous échangeons, nous nous invitons les uns les autres», affirme Virginie Fava-Rivi, la danseuse niçoise en costume brodé traditionnel.

«C’est dans nos gènes, c’est ainsi», affirme Virginie, dans la troupe depuis trente-et-un ans. S



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * for Click to select the duration you give consent until.

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte