Le zoo de La Palmyre contraint de fermer ses portes

L’essentiel est que les flamants roses aient les pieds dans l’eau pour chercher des grenouilles sans avoir froid aux pattes. Et pour éviter que la glace ne se forme dans leur bassin et autour de leurs grêles échasses, l’eau à 12 degrés coule en continu au pied de la falaise artificielle qui, poudrée de blanc, a des allures de pic himalayen. «Nous avons préféré fermer dès dimanche dernier à cause de la neige», explique Patrick Caillé, directeur du célèbre zoo crée par son père.

Je n’ai pas envie que quelqu’un se casse la jambe. Ensuite, beaucoup d’animaux ne peuvent pas sortir et ce serait frustrant pour les visiteurs.

Quelques rares pensionnaires, des spécimens habitués aux climats continentaux, restent silencieusement dans leur enclos en plein air.

Car bien entendu, les locaux sont chauffés nuit et jour. Les éléphants tournent dans leur abri comme des lions en cage.

En revanche, les quatre girafes, cloîtrées dans leur local, devront attendre le dégel pour humer l’air frais.

Mais il y a quand même quelques pensionnaires que cette froidure quasi sibérienne met en joie et qui sont bien plus à l’aise que sous une canicule saharienne\u2026 Les otaries, dans leur bassin d’eau glacée, sont à la fête.

Et ne parlons pas de Tania, Mony et Tina, les trois ours blancs qui se vautrent avec délice dans la neige qui leur rappelle leur bonne vieille banquise. S



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * for Click to select the duration you give consent until.

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte