De la danse en guise d’hommage

Deux créations de la chorégraphe Maryse Delente, «El Cantode Despedida» et «Mariana», enflammeront la scène du Gallia Théâtre, ce soir à partir de 20 h 30. Femmes créatrices de vie portées par la puissance du flamenco en guise d’hommage aux femmes yougoslaves ou «aux folles de mai», mobilisées à la fin des années 70 contre la disparition d’opposants politiques en Argentine, «El Canto de Despedida» est un ballet qui a du sens.

La principale originalité de cette oeuvre créée par Maryse Delente réside dans le fait qu’elle peut être aussi bien interprétée par un groupe de sept hommes que par un groupe de femmes. La seconde oeuvre proposée ce soir, «Mariana», est née, quant à elle, il y a vingt ans et a largement contribué au succès de la chorégraphe.

Maryse Delente y met en scène un quintette de femmes parfois empêtrées dans leurs lourdes robes pourpres qui rappellent, là encore, le secret des âmes et l’oppression des coeurs. S



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Exit mobile version