L’école de médecine navale tient à sa peau

Sauf qu’entre le dire et le faire, il y a un pas, voire un fossé. Car cette institution née au XVIIIe et restée dans son jus, a davantage besoin d’actions que de déclarations d’intention. Il faut bien le dire, à l’époque du succès des parcs d’attractions à l’américaine et autres animations estampillées «vu à la télé», l’école de médecine rame.

Depuis 2005, chaque visite est guidée pour faire comprendre qu’on n’est pas au musée des horreurs.

Mais intérêt culturel rime peu souvent avec rentabilité!

Pourquoi ce joyau, déjà enclavé dans l’enceinte de l’hôpital de la Marine, devrait-il rester caché au fond de sa rue Amiral-Meyer (sans issue)?

D’autant qu’en 2016, le dépôt trentenaire que le service de santé des Armées a fait au musée pour la collection et la bibliothèque de l’école de médecine, arrivera à échéance.

Rochefort y aurait tout intérêt, c’est son histoire et celle de l’arsenal.

Reste à savoir si le ministère de la Défense considérera que la médecine navale du XIXe relève toujours de sa compétence. S



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy * for Click to select the duration you give consent until.