La carte postale n’évite pas les clichés

Un présentoir chargé à vous faire tourner la tête, sur lequel s’agrippe des dizaines et des dizaines de cartes postales. Face à cette nuée de visuels, il faut dénicher le modèle absolu, celui qui résume parfaitement son séjour. Il y a bien cette image du port mais elle est affublé d’un coeur perforé, et cela semble trop ringard. Ou encore la classique, représentant la place Colbert.

En un clin d’oeil, le destinataire découvre le vieux bassin du port, la Corderie royale et la porte du Soleil.

«Gigi», curiste, Parisienne de 68 ans, en a sélectionné plusieurs.

Mais «Gigi» n’a pas omis les incontournables : l «Hermione», la place Colbert, la maison de Pierre Loti.

Bien que seule l’affiche du film soit proposée, «il y a énormément de demandes», souligne Ghislaine Ballans, propriétaire du magasin Shopping.

Malgré le développement des SMS et des mails, la carte postale est loin de signer son arrêt de mort.

Le seul frein à l’achat d’une carte pourrait être le prix du timbre, qui est passé à 58 centimes.

Alors, elle pense au destinataire, heureux de recevoir autre chose qu’une facture dans sa boîte aux lettres. Source



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Sortir
Masquer