Xynthia : 17 communes, 1 393 maisons en zone noire

Selon Luc Chatel, le porte-parole du gouvernement, 1 393 logements devront être détruits, dont 798 en Vendée et 595 en Charente-Maritime. «Mais il reste encore quelques secteurs où tout n’est pas réglé», précise Henri Masse. On sait notamment que quatre communes posent encore problème parce que les maires y ont refusé la première mouture de zonage proposée : Loix-en-Ré, Les Boucholeurs (à cheval sur les communes de Châtelaillon et Yves), Fouras et Nieul.

Les personnes qui refusent de vendre au prix du marché vont se retrouver isolées.

Elles pourront faire des recours mais si elles les perdent, à l’arrivée, il y aura expropriation.

Selon Henri Masse, ces indemnisations devraient être rapides, «dans les semaines à venir» afin que chaque sinistré puisse se projeter dans la problématique du relogement pour laquelle une cellule a également été créée.

595 familles se rajoutent sur la longue liste des demandeurs.

Le préfet précise en outre qu’une cellule permanente de soutien psychologique sera ouverte jusqu’au relogement définitif.

Si en Vendée, les deux communes les plus durement touchées, La Faute et L’Aiguillon, ont été facilement identifiables, en Charente-Maritime, le zonage s’est avéré plus délicat.

Un véritable travail de topographe, mètre carré par mètre carré.

Dans d’autres communes, les zones noires se limitent à quelques maisons isolées et considérées comme trop exposées, comme à Saint-Trojan, dans l île d’Aix ou à Nieul-sur-Mer. Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy