Bio : l’offre ne suit pas

À deux ans de l’échéance, où en est la Ville de Saintes avec ses cantines scolaires? Premier constat : contrairement à d’autres villes comme Royan qui ont fait le choix de se doter d’une cuisine centrale, la Ville a «fait le choix d’assurer une restauration de proximité, et donc plus traditionnelle et familiale», indique Martine Tiberj, adjointe au maire chargée de l’éducation.

Plutôt rare à l’époque, ce choix s’est traduit par l’élaboration de menus plus équilibrés, avec moins de sauce par exemple, et des actions de sensibilisation, comme à l’école Saint-Eutrope autour des aliments saisonniers.

Il est pourtant difficile d’introduire des aliments bio ou de proposer un menu 100 % bio.

Sur ce second point, la mairie réfléchit à la création d «une plateforme de conditionnement et de distribution à l’échelle du bassin de vie» de Saintes.

Le Grenelle de l’environnement a posé comme principe de parvenir à 20 % en 2020.

«L’offre va créer la demande», veut croire Martine Tiberj, en soulignant que la Chambre d’agriculture travaillait à regrouper les producteurs bio. Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy * for Click to select the duration you give consent until.