Dimanche21AvrilSemaine 16 | Saint AnselmeOGibbeuse décroissante


BROCANTE DU MUGUET


Le 01/05/2019 de 07h00 a 18h00 - Brocante du muguet toute la journée sur le port de Mortagne. Buvette et restauration rapide sur place. 3 € le ML Lire la suite

EXPOSITION SANDRINE ANDERSON

Du 29/04 au 12/05 : Exposition
Lire la suite

Notre Newsletter

Inscription à: Lettre d'infos de la Charentes Maritime
Votre E-Mail:
Nombres d'inscrits :

Traduire



 
Merci de cliquez sur nos bannières SVP
 

Les clips du Sud-Ouest

Les clips du Sud-Ouest.
Sexiste, osé, graveleux : voici trois clips qui ont fait beaucoup parler cette année dans la région

  • Le clip culotté de Charente-Maritime

Dévoilées début juillet, les premières images du clip « Summer Edit » de Charente-Maritime avaient refroidi des élus du Conseil général et suscité bon nombre de commentaires sur notre site internet.

Trop osé selon vous ?

Une dizaine de jours plus tard, le réalisateur du clip Franck Lécole dévoilait la version définitive. Entre-temps, des images avaient été coupées au montage. Mais jurait-il, il n’avait subi aucune pression.

Quoiqu’il en soit, ce n’est pas son clip qui a été retenu comme étant « l’officiel » du département. Celui sélectionné est beaucoup plus axé sur… le terroir.

  • Sexiste, le clip du Roxy Pro Biarritz ?

Sexiste, sans lien avec le surf, pas écolo-friendly (avec un 4×4 garé sur la plage) : le teaser de la compétition de surf « Roxy Pro Biarritz » publié début juillet avait suscité de nombreuses remarques, plus négatives les unes que les autres.

Si Roxy avait répondu très très sommairement aux critiques, la marque avait en revanche félicité la parodie du teaser qui moquait les nombreux placements de produits.

  • Le clip rempli de sous-entendus des huîtres d’Arcachon

Drôle ou graveleux ? Le clip de promotion des huîtres du Bassin d’Arcachon, dévoilé fin octobre, est loin de faire l’unanimité. « Je suis conscient qu’au premier degré le clip peut choquer mais il n’y a absolument aucune intention de manquer de respect au Bassin », justifiait Olivier Laban, le président du Comité régional conchylicole. « Nous avons voulu sortir de l’ornière, ne plus parler de virus, de mortalité des juvéniles, de polémique autour de la triploïde. Prendre de la légèreté ! ». Qu’en pensez-vous ?