>
Dimanche19AoûtSemaine 33 | Saint Jean EudesHPremier quartier


19/08/2018, 7 h 56 min
Clair
Clair
15°C
Température ressentie: 17°C
Pression : 1020 mb
Humidité : 74%
Vents : 4 km/h NNO
Rafales : 7 km/h
UV-Index: 2
Lever du soleil : 7 h 09 min
Coucher du soleil : 21 h 06 min
 

Marchés de Royan


09/07/2018 - Ouvert toute l'année - * Marché alimentaire - Marché central : - Du 1er lundi de juillet au dernier lundi d’août : tous les jours de 7h à 13h - Du mois de septembre à fin juin : du mardi au dimanche et jours fériés de 7h à 13h... Lire la suite

Les feux d’artifices

12/08/2018 :
Talmont – Tombola, jeux géants, retraite aux flambeaux, défilé de majorettes, feu d’artifice le 12/08/2018
Saint George de Didonne – Danse de feu « Lughna » par la Cie l’Arche en Sel le 14/08/2018
Royan au lage de la Grande Conche – Ville de Royan le 15/08/2018
Vaux-sur-Mer – Feu d’artifice, plage de Nauzan le 22/08/2018
Saint Palais sur Mer – plage du Bureau en centre-ville le 23/08/2018
Lire la suite

Notre Newsletter

Inscription à: Lettre d'infos de la Charentes Maritime
Votre E-Mail:
Nombres d'inscrits :

Traduire



 
 

Blason de Royan

Blason de Royan
Le Blason de Royan. Son histoire récente débute le 13 décembre 1945. Suite à une demande émanant de Monsieur Robert Louis, agissant pour le compte du service historique de l’Armée, Royan lui adresse un « croquis à peu près exact du blason de la ville » et en donne la description.

Mais c’est par une délibération en date du 19 février 1952 que le conseil municipal fixe officiellement les armoiries de Royan. La décision a été motivée par le fait que la ville ne « possédait pas d’armoiries officiellement reconnues ».

Le choix du blason se basait sur les faits suivants.

Blason de Royan

Délibération du 19 février 1952
Le conseil municipal
Considérant que les Coëtivy furent au XVème siècle les Seigneurs de Royan,
Considérant qu’en 1501 la Seigneurie de Royan passa, par mariage, de la maison de Coëtivy à celle des La Trémoïlle et qu’elle fut érigée en marquisat (1592) puis en duché, par lettre patente, en 1807,
Vu l’avis de M. l’Archiviste départemental qui, consulté sur l’intérêt présenté par la commission des armoiries des Coëtivy et des La Trémoïlle pour fournir celles de Royan, répondit que cette combinaison était « un procédé parfaitement légitime et même recommandé »
Demande que le Conseil du Sceau de France, sur l’avis du Conseil d’Etat et du Ministère de la Justice, arrête que les armoiries de la Ville de Royan et communs qui en dépendent seront décrits comme suit à l’Armorial des Villes de France et de l’Union Française :

blason 1Parti au premier Fascé d’Or et de Sable de six pièces (parti Coëtivy)
Au deuxième d’Or au chevron de gueules accompagné de trois aiglettes d’azur becquées et membrées de gueules – 2 et 1 (parti La Trémoïlle) avec un listel au bas de l’écusson et la devise « Ne m’oubliez » des La Trémoïlle.
Ce document a ensuite été approuvé par l’autorité de tutelle le 13 mai 1952.

Le chapitre n’en était cependant pas clos pour autant. Il semble que c’est seulement « à la suite de la parution de l’Encyclopédie Quillet que la ville, en 1952, a adopté de nouvelles armoiries ». Monsieur Quillet avait, en effet, adressé à Royan un croquis qui donnait « une idée à peu près exacte du blason de la ville de Royan », sachant qu’elle « n’avait pas d’armoiries lui appartenant en propre » et « qu’elle a emprunté celles de ses anciens seigneurs en les combinants ».

Délibération du 16 octobre 1964
Cependant, en 1964, il est apparu que « les armes de la ville n’étaient pas totalement conformes aux lois héraldiques ». De plus, « le blason ne portait aucune couronne ni soutien ».
La Ville de Royan apporte donc de nouvelles modifications au blason, soumises au préalable à Monsieur de Tupigny, « héraldiste reconnu et, par ailleurs, président de la commission qui devait officialiser ces armes ». Monsieur Georges Guiraud, Grand Prix de Rome de gravure, est chargé, quant à lui, de sa réalisation.
Le conseil municipal décide donc de se conformer aux règles héraldiques.
Le blason tel qu’il est alors proposé au conseil au conseil, le 16 octobre 1964, et adopté par l’assemblée : Coupé au premier
Parti a/Fascé d’Or et de Sable de six pièces qui est Coëtivy Parti b/ d’Or au chevron de gueules accompagné de trois aiglettes d’azur, becquées et membrées de gueule qui est La Trémoïlle Au deuxième
D’Azur au galion d’or équipé et gréé du même, voguant sur une mer d’argent, mouvant de la pointe Couronne navale
Soutien : deux branches de pin au naturel
Devise : « Ne m’oubliez »

Tout semblait maintenant dit. Pourtant, il faillit y avoir un nouveau rebondissement. En effet, le Directeur des Services d’Archives Départementales, consulté par le Préfet au sujet de ce fameux blason, émit un avis plutôt défavorable quant à son aspect esthétique. Mais cette appréciation étant toute personnelle et le Directeur confirmant, par ailleurs, que les règles d’héraldisme avaient été respectées, le blason de Royan fut définitivement adopté.

Un peu d’histoire
La famille Coëtivy
De petite noblesse bretonne, elle ne dut sa fortune qu’à sa parenté avec l’un des favoris de Charles VII. En 1432, l’aîné, Prégent, écarté de la Cour par La Trémoïlle, enleva ce dernier. Soutenu par Charles d’Anjou, Prégent et ses complices exigèrent et obtinrent de Charles VII son « approbation ». Prégent, nouveau favori du roi, fit alors nommer son frère, Olivier, capitaine de Saintes.

En 1434, Prégent de Coëtivy est conseiller et chambellan de Charles VII. En 1435, celui-ci enlève Dieppe et en devient gouverneur. L’année suivante, il s’empare de Crotoy. Devenu gouverneur de La Rochelle puis, en 1439, amiral de France, capitaine de Saintes, il est fait comte de Taillebourg en 1442.

Il reçoit mission de veiller à l’éducation des trois filles de Charles VII et de sa favorite, Agnès Sorel. Son frère Olivier fit ainsi connaissance de l’aînée, Marie. En 1450, il est armé chevalier pour ses hauts faits de guerre. La même année, Prégent meurt, tué par un boulet de canon au siège de Cherbourg.

En 1451, Olivier, capitaine de Talmont, rejoignit l’armée de Dunois lors de la campagne de Guyenne. Il négocia la reddition de Bordeaux. Il est ensuite nommé Sénéchal de Guyenne et gouverneur de Bordeaux.

En 1458, il épousa Marie, fille de Charles VII et d’Agnès Sorel. Le roi, outre une dot de 12 000 écus, lui offre les seigneuries de Royan et Mornac ainsi que le château de Champdolent. La même année, Charles VII reconnaissait Marie comme sa fille naturelle et lui donnait le nom de Valois, avec les armes de France mais traversée par une barre indiquant la bâtardise.

royan-armoirie

La famille de La Trémoïlle
Louise de Coëtivy, fille d’Olivier et Marie, épousa en 1501 Charles de La Trémoïlle qui devint ainsi baron de Royan. En 1562 le château appartient à François de La Trémoïlle, catholique. Le huguenot François de Pons s’en empare. Pendant toute la deuxième moitié du XVIème siècle, la ville change alors souvent de mains. En 1592, la baronnie est érigée en marquisat. En 1622, Philippe de La Trémoïlle, marquis de Royan, épouse Madeleine de Champrend, comtesse de Royan. C’est à cette époque que la ville, protestante, est prise d’assaut par Louis XIII et le château démantelé.

En 1696, Marie Anne de La Trémoïlle apporte en dot le marquisat de Royan à Paul Sigismond de Montmorency Luxembourg, duc de Châtillon. Source