Nous sommes intéressés

Nous sommes intéressésNous sommes intéressés. « Je ne veux pas faire naître de faux espoirs. » L’heure est délicate, pour ne pas dire grave, et Jean-François Bonet pèse ses mots avec toute la prudence de rigueur. Le PDG de la polyclinique de Saint-Georges, pour avoir déjà évoqué en début d’année, publiquement, l’intérêt que porte son établissement au devenir de la maternité,…

a déjà mûri dans le détail une éventuelle reprise de l’activité que la clinique Pasteur craint de devoir cesser, faute de parvenir à recruter de nouveaux gynécologues-obstétriciens.

En fin d’année 2013, effectivement, nous avons formulé une proposition de reprise de la maternité, puisque la clinique Pasteur s’inquiétait visiblement de sa pérennité.

À cette proposition écrite, et non formulée lors d’une simple discussion, il nous a été répondu de façon extrêmement négative.

Dans la foulée, la clinique Pasteur a fait savoir à l’Agence régionale de santé (ARS).

Dès que nous avons formulé cette proposition, nous avons envisagé d’intégrer la maternité dans le nouveau bâtiment en cours de construction, qui accueillera, probablement à partir de la fin du mois de juillet, 65 lits de soins de suite et de réadaptation.

Devant le premier refus de la clinique Pasteur, nous nous sommes concentrés sur ces nouveaux lits de soins de suite et sur le plan architectural, du coup, le bâtiment tel qu’il sera conçu ne permettra pas d’y installer une maternité.

Mais à la même période, avec leur accord bien sûr, j’ai également déjà fait modifier les contrats de mes confrères anesthésistes afin qu’il soit bien inscrit qu’à l’avenir, éventuellement, ils interviendraient également auprès du service de maternité, si nous le reprenions.

Il y a une dizaine de jours, j’ai eu l’occasion de m’entretenir par téléphone pendant une heure avec le nouveau directeur général de l’ARS Poitou-Charentes, François Maury.

Attention, je ne voudrais pas faire naître de faux espoirs, notamment chez les membres du personnel du service de maternité de la clinique Pasteur.

Nous n’irons pas plus loin dans ce projet sans engagements fermes de la part de l’Agence régionale de santé.

Résumé art Ronan Chérel de Sudouest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * for Click to select the duration you give consent until.

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte