Le roi des phares, le phare des Rois

Le roi des phares, le phare des RoisLe roi des phares, le phare des Rois. Née en 1981 d’une menace d’abandon du bâtiment historique (classé en même temps que Notre-Dame-de-Paris) en dépit de sa réputation – surnommé «phare des rois, roi des phares» ou «Versailles des mers» – l’association pour la sauvegarde du phare de Cordouan semble naviguer aujourd’hui en eaux plus calmes. Le président Jean-Marie Calbet et sa solide équipe restent cependant vigilants et gèrent le musée du phare de Cordouan au phare de Grave.

Ils poursuivent les actions en faveur de Cordouan, dont les destinées sont désormais entre les mains du Smiddest (Syndicat mixte pour le développement durable de l’estuaire de la Gironde) pour l’exploitation et l’État pour l’entretien.

L’assemblée générale avait lieu samedi dernier en présence de la députée et représentante du Smiddest, Pascale Got, du président du Pays Médoc Jean-Jacques Corsan, de Serge Laporte, conseiller général et de la 1ère adjointe du Verdon, Béatrice Muller.

Avec un nombre constant de 450 adhérents, une envergure médiatique, un réseau relationnel international et le partenariat avec les collectivités territoriales, l’association continue à jouer un rôle majeur.

La demande de classement au patrimoine mondial de l’Unesco, qui est toujours en cours, en est un exemple.

En 2014 sont prévus notamment d’autres travaux d’aménagement du musée de Grave, la traduction des documents en russe et espagnol, une exposition de Bruno Gasteuil sur les 170 ans de la jetée de la Pointe de Grave, des négociations avec le conservatoire du littoral pour la mise à disposition du deuxième logement du phare de Grave pour permettre l’extension du musée, la poursuite du partenariat avec le Smiddest, etc.

Jean-Marie Calbet a souhaité l’assurer de sa gratitude pour l \u0153uvre accomplie tant pour le phare de Grave, le phare de Cordouan que récemment la vedette «Matelier».

Pascale Got, pour sa part, a rappelé la convention en cours de signature entre l’État et les collectivités locales pour 5 millions d’euros de travaux sur cinq ans à Cordouan, et les 900 000 euros investis en 2013.

Résumé art Maguy Caporal de Sudouest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * for Click to select the duration you give consent until.

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte