Changement de cap en vue pour Les Pirates

Changement de cap en vue pour Les PiratesChangement de cap en vue pour Les Pirates. Il y a cinquante ans, c’était une splendeur. Le paradis des noctambules et des fêtards. Royaume de la nuit, incontournable rendez-vous de la jeunesse plus ou moins dorée pendant des décennies. La façade est lépreuse, les rafistolages successifs partent en morceaux, les ronces et les herbes folles poussent sur la terrasse de ce qui était la célébrissime discothèque Les Pirates…

avant de devenir La Corniche, en passant par plusieurs noms… et plusieurs vocations.

Le bâtiment, ingénieusement construit en partie à flanc de roche en 1963, propriété de la commune de Saint-Georges-de-Didonne, est revenu dans le giron de la Ville l’été dernier, le bail emphytéotique de cinquante ans étant arrivé à son terme.

C’est un site exceptionnel, admet le maire Jean-Marc Bouffard. Il ne se passe pas une semaine, depuis l’été dernier, sans que l’on m’appelle pour me proposer un projet. Mais si la commune compte bien tirer partie de l’ex-discothèque, ce ne sera pas n’importe comment.

Une boite de nuit, cette activité est d’ailleurs désormais exclue à cause du bruit et des nuisances pour le voisinage.

Pas n’importe quelle gargote ; les lieux méritent le meilleur.

«Nous pensons à un établissement très haut de gamme, un restaurant étoilé», lâche Jean-Marc Bouffard.

Le problème, on l’aura compris, c’est l’état – mauvais – des lieux.

Si la structure initiale – des poutres de béton et des piliers pour les soutenir – datant du début des années 60 est très saine (elle a été construite par un spécialiste), les toitures et l’étanchéité de la terrasse, en revanche, sont à refaire.

Il faut démolir les ajouts disgracieux accumulés au fil des ans, refaire les ouvertures, aménager un ascenseur.

D’autre part, compte tenu de la configuration des lieux, l’accès est compliqué et la facture risque de s’en ressentir.

Certes la commune de Saint-Georges aurait les moyens financiers, «mais nous avons d’autres priorités», tranche le maire.

Quant au possible locataire étoilé, là aussi des contacts – et des bons semble-t-il – sont déjà établis.

Résumé art par didier piganeau de Sudouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité