Presque un quart de la population candidat

Presque un quart de la population candidatPresque un quart de la population candidat. Après Lussac, 46 habitants, dans le canton de Jonzac, Saint-Romain-sur-Gironde, avec 52 âmes, est la commune la moins peuplée de Charente-Maritime. À quelques encablures de l’estuaire de la Gironde, le bourg ne dispose ni d’école, ni de bureau de poste. Aucun commerce, zéro entreprise, pas d’emploi. Si, un seul : un mi-temps d’employé communal. Les autres, sauf deux exploitants agricoles, travaillent à l’extérieur.

Celle du maire sortant Josette Riffaud, qui part avec six de ses conseillers sortants (la liste est à sept élus au lieu de neuf, comme l’exige la nouvelle loi électorale).

Et celle de Nicole Formery, retraitée, installée définitivement dans le bourg depuis 2008. Si l’on en croit Nicole Formery, le principal enjeu de cette élection serait… tout simplement de restaurer la convivialité.

Une convivialité et une bonne entente des administrés qui se serait diluée dans le courant des années 2005, quand l’ancien premier magistrat Jacques Gautier a envisagé une fusion de communes avec la voisine Saint-Fort-sur-Gironde. L’affaire divise les Romanais et le Conseil municipal.

«Il y a eu une telle mauvaise ambiance que j’ai préféré démissionner en 2006», reconnaît Jacques Gautier.

La première adjointe Josette Riffaud prend alors les rênes. Elle est réélue en 2008, mais le malaise persiste et les positions se radicalisent.

Résumé art Didier Piganeau de Sudouest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * for Click to select the duration you give consent until.

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte