Le « non » aux cantons

Le Le « non » aux cantons. Une seule question à l’ordre du jour du Conseil municipal jeudi soir : le projet de modification des limites des cantons du département de la Charente-Maritime; un projet qui doit être débattu aujourd’hui vendredi à l’assemblée départementale et pour lequel, Dominique Bussereau, président du Conseil général a déjà dit tout le mal qu’il en pensait… Pour résumer, disons que dans ce projet, les limites des cantons seraient redéfinies et leur nombre passerait de 51 à 27 dans le département.

A Royan, par exemple, plus de Royan-Ouest et Royan-Est, mais un seul canton composé des trois communes que sont Royan, Saint-Georges-de-Didonne et Vaux-sur-Mer.

Didier Quentin, très farouchement opposé au projet qu’il estime avoir été « conduit à la hussarde, et dans une absence totale de concertation » a rappelé que ce nouveau découpage allait parfois en totale contradiction avec la carte judiciaire (témoignages d’huissiers de justice et d’avocats à l’appui).

Michel Merle de l’opposition « Union en mouvement » voit dans cette démarche « une opération politicienne menée par Dominique Bussereau »; Jacques Guiard, élu communiste a trouvé quant à lui que ce redécoupage n’était pas forcément nécessaire mais s’est refusé « d’apporter (sa) voix (et celle de ses colistiers) « au président du Conseil général UMP » et s’est abstenu.

Jean-Michel Denis d »Union en mouvement », qui lui aussi déplore la précipitation, estime malgré tout ce redécoupage nécessaire mais a voté contre…

tout comme Pascal Révolat encore dans l’actuelle majorité et qui s’est fait le porte-parole de Jackie Duverger et Véronique Willmann pour dire sa surprise de la précipitation d’une telle réunion du Conseil d’autant que ce projet de redécoupage « n’a rien de choquant ».

Les nouveaux cantons

résumé art de Sudouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy