L’estuaire en aéroglisseur ?

L’estuaire en aéroglisseur ?L’estuaire en aéroglisseur ? Réuni samedi à Braud-et-Saint-Louis (33), le comité syndical du Smiddest, le Syndicat mixte pour le développement durable de l’estuaire, a décidé de compléter une première étude de faisabilité (2011). Il s’agirait de créer une ligne d’aéroglisseur entre le Médoc et Bordeaux. À la fin des années 70, un Naviplane avait déjà fonctionné mais uniquement dans le Médoc.

Le futur aéroglisseur assurerait une liaison régulière entre Pauillac, Blaye et Bordeaux en cinquante minutes – la liaison Blaye-Bordeaux durerait trente-cinq minutes.

Le projet a été présenté le 23 mai en réunion publique. Le cabinet varois Earthcase va actualiser son étude de 2011.

Il s’agit notamment de chercher la disponibilité d’un aéroglisseur d’occasion, son coût d’exploitation et d’étudier la possibilité et la sécurité d’un accostage à Pauillac, Blaye et Bordeaux.

Le Smiddest souhaite «créer un partenariat autour de ce projet».

Ainsi, pour financer l’étude (plus de 14 000 euros), des subventions seront demandées au Conseil général de la Gironde, au Conseil régional d’Aquitaine et aux pays de Haute-Gironde et du Médoc.

Au cours de sa réunion, le syndicat mixte a aussi évoqué le phare de Cordouan ; celui-ci génère un engouement que le Smiddest veut mieux maîtriser pour des raisons de sécurité des visiteurs. Les tarifs 2013 seront reconduits en 2014 et la demande de classement au patrimoine de l’Unesco est reportée.

Côté gestion de l’eau et des milieux aquatiques de l’estuaire, les études se poursuivent, notamment le délicat dossier des zones inondables et la protection des zones urbaines (création ou surélévation de digues).

De même, le flou demeure quant au futur Parc naturel marin «estuaire de la Gironde et pertuis charentais».

résume art du Sudouest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Sortir
Masquer