Il imagine des levures pour améliorer la qualité du cognac

Il imagine des levures pour améliorer la qualité du cognacIl imagine des levures pour améliorer la qualité du cognac. Jean Roy travaille depuis presque trente ans sur ce projet. Il présente demain jeudi trois eaux-de-vie fermentées avec des souches inédites Jean Roy a encore des projets pour les quarante ans qui viennent, dans son laboratoire de recherches de l’avenue Joffre. Voilà ce qui anime, depuis presque trente ans, la vie de Jean Roy, au sein de son laboratoire, la Station oenologique de Saintonge.

Il aurait pu se contenter d’assistance et conseils aux viticulteurs à travers toutes les analyses qu’il réalise pour eux sur les vins de pays, le pineau et les eaux-de-vie.

Le groupe international a décidé, l’année dernière, de créer de nouvelles souches de levures «qui seraient le résultat d’un mariage de patrimoines génétiques dont on aurait extrait le meilleur et dont on aurait éliminé les défauts», explique Jean Roy.

Au final, sur 17 souches, Jean Roy en a sélectionné trois qu’il a mises en pratique, à travers des essais en laboratoire, sur des moûts de Petite Champagne fournis par un viticulteur de Neulles, Pascal Mery.

Et à partir des vins fermentés avec les nouvelles souches de levures, il a réalisé trois eaux-de-vie qui seront donc en dégustation.

Si les premiers essais devaient être conduits pour la vendange 2014, une préqualification par le Bnic n’interviendrait pas avant 2015.

Ce n’est qu’ensuite que les levures pourraient être mises sur le marché. Mais pas sans le feu vert du Bnic », détaille Jean Roy.
resume l’art de Marie-Laure Gobin du Sudouest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Sortir
Masquer