Saintronic : ils ne sont pas rassurés du tout

Saintronic : ils ne sont pas rassurés du tout. En préambule de la session du Conseil municipal, ce lundi soir, Jean Rouger avait convié un représentant CGT de Saintronic à s’exprimer sur la situation actuelle de la société, qui emploie 218 personnes et s’apprête à changer de propriétaire comme six autres usines du groupe GMD.Si les élus du CE ne contestent pas le fait que le groupe GMD puisse céder une partie des entreprises qui leur appartient, GMD doit apporter par contre aux 800 salariés que compte ce pôle, des garanties sur la capacité du repreneur à pérenniser ces sites.

Malheureusement, au fur et à mesure de nos recherches sur le parcours du repreneur éventuel (SD2M), d’énormes doutes nous sont apparus, tant sur sa capacité financière que ses compétences puisque la majorité des entreprises reprises par cette personne sont soit en redressement judiciaire, soit liquidées.

Les documents, remis en séance comme le business plan, se sont révélés erronés et avaient pour seul but de nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Jean Rouger, qui est entré en contact avec les élus d’autres villes touchées, a indiqué être «en contact avec le ministère pour être entendu».

Ayant lui-même souhaité cette prise de parole «en toute transparence», il a appuyé les craintes des délégués du personnel, soupçonnant que la cession de Saintronic et des six autres unités s’apparente «plus à des man\u0153uvres à caractère financier qu’à caractère économique».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte