Mercredi22JanvierSemaine 4 | Saint VincentYDernier croissant

Marché De Royan

Marché de Royan

Ouvert toute l'année - Marché alimentaire - Marché central : - Du 1er lundi de juillet au dernier lundi d’août : tous les jours de 7h à 13h - Du mois de septembre à fin juin : du mardi au dimanche et jours fériés de 7h à 13h Lire la suite

CONFÉRENCE – L’AVIATION ÉLECTRIQUE

avion electrique

Le 28/11/2019 a 19h00 : Cinéma Le Lido, Place de la Gare – Communauté d’Agglomération Royan Atlantique : 05 86 87 00 20 – plateforme-entreprendre.com – Gratuit (réservation conseillée.
Lire la suite

Notre Newsletter

Inscription à: Lettre d'infos de la Charentes Maritime
Votre E-Mail:
Nombres d'inscrits :

Vues

SÉANCE D’INITIATION À LA MÉDITATION ET CALME MENTAL

avion electrique

Le 27/11/2019 de 8h75 a 11h00 : Hôtel Cordouan Thalazur, 6 bis allée des Rochers – Par François Granger – 05 46 39 96 96 – www.thalazur.fr – 36 €
Lire la suite

Marché De Saint-palais-sur-mer

Bourse aux jouets

Centre-ville (sous la halle et autour du marché couvert)
* Marché couvert : Tous les jours de 8h à 13h30
Lire la suite

Traduire



 
Merci de cliquez sur nos bannières SVP
 

Libérer la plage !

Libérer la plage !Libérer la plage ! Les gérants de plusieurs restaurants installés sur des plages, sur le littoral charentais-maritime, peinent actuellement à trouver le sommeil.Le décret «plages» du 26 mai 2006 et plus exactement sa mise en application au pied de la lettre.Stupeur à Saint-Georges-de-Didonne et à Royan, notamment, où quatre établissements sont ainsi dans le collimateur de la préfecture, l’Acapulco, la Réserve et la Cazuela côté saint-georgeais, le Lido côté royannais.

Si l’État n’infléchissait pas sa position, les gérants des restaurants en question pourraient se voir contraints de «déconstruire» leurs établissements.

Si cette perspective devenait réalité, ils savent déjà, en tout cas, qu’ils n’obtiendraient aucune compensation.

Si la menace devient réalité, «c’est une vie entière de travail balayée, avec tout l’investissement qui avec», résume Lionel Tessier, qui exploite depuis l’Acapulco, au bout de la Grande plage de Saint-Georges-de-Didonne.

Le restaurateur saint-georgeais déplore autant la perspective de perdre son outil de travail que le défaut, dit-il, d’information.

On imagine sans mal le contenu des discussions en question, du moins les arguments avancés par les communes.Si l’État est disposé à renouveler la concession des plages à la commune saint-georgeaise, la préfecture a exclu du périmètre de la concession les emplacements des trois restaurants.
de Sidouest par ronan cherel

Votre message

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte