Lundi23SeptembreSemaine 39 | Saint AutomneVDernier croissant

Sortie exceptionnelle à la découverte du "Roi des phares" et du "Soleil du Roi"

Phare de Cordouan

Le 28/09/2019 a 09h00 - Dans le cadre de la programmation de la "Semaine de la nuit" et "Cordouan Nature". Cette sortie propose une visite guidée par un gardien du phare de Cordouan et l'observation du soleil autour du phare avec le Club d'astronomie du Pays Royannais Les Céphéides. Lire la suite

Marché des Potiers

les marchés

Le 28 et 29/09/2019 de 10h a 19h00 : Marché des Potiers sur le Port. Organisée par Terramornac.
Lire la suite

Notre Newsletter

Inscription à: Lettre d'infos de la Charentes Maritime
Votre E-Mail:
Nombres d'inscrits :

Vues

Traduire



 
Merci de cliquez sur nos bannières SVP
 

Nous sommes attachés au maintien de notre maternité

Nous sommes attachés au maintien de notre maternitéPays royannais : « Nous sommes attachés au maintien de notre maternité ».La maternité de la clinique Pasteur, la seule du Pays royannais, ne souffre pas d’un déficit uniquement financier.Elle subit aussi, «même si cela peut sembler surprenant, un déficit d’attractivité pour les candidats potentiels» aux postes de gynécologues obstétriciens que la clinique tente de pourvoir, en vain, depuis plusieurs années.Si on ajoute une perte d’attractivité auprès des futures mamans, de plus en plus nombreuses à privilégier le pôle maternité / pédiatrie du centre hospitalier de Saintes, on dessine en creux le tableau des maux d’une maternité qui lutte plus que jamais pour sa pérennité.

En 2003, la maternité de la clinique Pasteur avait enregistré 830 naissances.«Depuis, ce nombre est en baisse constante», ne peut que constater Marielle Guillaud, la directrice de la clinique : 785 naissances en 2004, 731 en 2006, 687 en 2007, pour descendre à 566 naissances l’an dernier.

À ce membre du personnel de la maternité qui, sous couvert d’anonymat, soupçonnait la direction de la clinique Pasteur de vouloir fermer la maternité à cause de son manque de rentabilité, Charles de Lambilly apporte un démenti sans ambiguïté.

Charles de Lambilly tente de lever le doute que nourriraient certains membres du personnel sur la volonté de la clinique Pasteur de lutter réellement pour le maintien de ce service.

Ce débat, les dirigeants de la clinique le placent, eux, sur le terrain de la «démographie médicale».

Depuis trois ans, la clinique donne mandat à un cabinet de recrutement spécialisé pour lui trouver au moins un remplaçant.

«Les gynécologues obstétriciens étant rares, les candidats se présentent, en outre, avec des exigences financières déraisonnables», ajoute Marielle Guillaud.

D’autres services de soins, dans le privé comme dans le public d’ailleurs, connaissent des difficultés à recruter des praticiens.
de Sudouest par Ronan Chérel

Votre message

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte