Lundi23SeptembreSemaine 39 | Saint AutomneVDernier croissant

Sortie exceptionnelle à la découverte du "Roi des phares" et du "Soleil du Roi"

Phare de Cordouan

Le 28/09/2019 a 09h00 - Dans le cadre de la programmation de la "Semaine de la nuit" et "Cordouan Nature". Cette sortie propose une visite guidée par un gardien du phare de Cordouan et l'observation du soleil autour du phare avec le Club d'astronomie du Pays Royannais Les Céphéides. Lire la suite

Marché des Potiers

les marchés

Le 28 et 29/09/2019 de 10h a 19h00 : Marché des Potiers sur le Port. Organisée par Terramornac.
Lire la suite

Notre Newsletter

Inscription à: Lettre d'infos de la Charentes Maritime
Votre E-Mail:
Nombres d'inscrits :

Vues

Traduire



 
Merci de cliquez sur nos bannières SVP
 

C’est le seul cas d’une démolition totalement inutile

C’est le seul cas d’une démolition totalement inutile« J’ai cité ce casino parce c’est le seul cas d’une démolition totalement inutile ».Un journaliste du «Monde» a classé l’édifice, oeuvre également de Claude Ferret, parmi les dix «ratés» en matière de protection du patrimoine architectural français.Royan s’est vu accorder l’honneur d’une citation dans le quotidien «Le Monde», la veille des Journées du patrimoine.Malheureusement, pas pour le caractère rare et exceptionnel de son architecture des années 1950, que Jean-Jacques Larrochelle loue par ailleurs en aparté, mais pour l’un des dix «ratés» les plus remarquables en matière de préservation du patrimoine architectural.

La démolition du casino du front de mer, en décembre 1985.S’il a été Bordelais un temps et qu’il connaît – un peu – Royan, Jean-Jacques Larrochelle n’a pas connu l’ancien casino autrement que sur les photos qu’il a découvertes par hasard il y a quelques mois.

Enjeu des élections municipales de 1989, cette tour morte-née provoqua d’ailleurs la défaite de Jean-Noël de Lipkowski au profit de Philippe Most.

En m’y rendant avec mon père, nous sommes passés en voiture devant le casino.Lui m’a juste dit : « Allez, avance, nous allons être en retard ».

Son fils l’a raconté depuis, Claude Ferret a pleuré ce casino et sa mort programmée, par un défaut délibéré d’entretien que tout le monde atteste aujourd’hui.Le procédé fait autant consensus, désormais, que le gâchis d’une telle démolition.

«À l’époque, pourtant, personne ne s’en était ému», se souvient un vieux Royannais.Il est aujourd’hui trop tard pour pleurer.

Même si Didier Quentin a interrogé il y a quelques années Pierre Ferret sur l’opportunité de redonner naissance au casino.Paradoxalement peut-être plus nostalgique que les Royannais eux-mêmes, et bien qu’il «considère habituellement idiot de vouloir reconstruire à l’identique», Jean-Jacques Larrochelle serait partisan de voir le casino du front de mer reconstruit.

Il est même prêt à faire campagne pour un tel projet.

Votre message

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte