4 000 peupliers de coupés

Loin de la route, dans le marais de la Seugne, la peupleraie a beaucoup souffert alors que la commune de Montils, à quelques mètres de là, ne déplore que quelques tuiles de toits cassées.Les orages dans la nuit de vendredi à samedi ont fait des victimes plus invisibles.La vallée de la Seugne a pris le passage des violents orages de plein fouet.Ceux-là même qui ont engendré des dégâts sur Pons, à Meussac ou même écourté le concert d’Un Violon sur le sable à Royan.

C’est normal, c’est là où les dégâts sont les plus visibles, raconte le maire de Montils, Jean-Paul Geay.

«Les arbres feuillus ont subi les affres du vent, bien plus durement que lors de la tempête de 1999», rappelle l’élu.

«J’ai essayé de m’adresser à la préfecture et à la sous-préfecture, mais nos dégâts ne sont pas pris en compte comme les autres», désespère-t-il.

Il tient cependant à remercier les propriétaires et agriculteurs bénévoles qui, dans un élan de solidarité, sont intervenus rapidement tout le week-end pour au moins dégager les routes et chemins d’accès aux habitations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Sortir
Masquer