Journée sans vélo

En ce 14 Juillet 1903, le maire Alcide Charles Jean d’Orbigny, neveu du naturaliste, prend un arrêté municipal qui fera date : il interdit la circulation cycliste en ville et La Rochelle inventa la journée sans voitures en 1997.Car l’interdiction vise essentiellement une course cycliste qui doit traverser La Rochelle : un certain Tour de France, premier du nom.M. d’Orbigny craint notamment que le passage des coureurs entre 7 et 11 heures du matin entraîne des accidents graves.

Pour cette première édition, le tour ne comporte que six étapes géantes rejoignant les principales villes.D’ailleurs les premiers ennuis commencent à Saintes où l’un des concurrents, Pierre Desvages, doit mettre pied à terre en raison du défilé militaire et de la fanfare.

Et puis un contrôle est prévu quai Duperré, au Café Français à La Rochelle dans le règlement de la course.

Un compromis est finalement trouvé au dernier moment : un premier contrôle est installé au sud, au passage à niveau d’Aytré, puis les coureurs sont autorisés à entrer dans La Rochelle mais «à la vitesse d’un homme au pas» pour aller signer leur feuille d’émargement au Café Français.

C’est ainsi donc que Maurice Garin, Lucien Pothier, Fernand Augereau et autres pionniers de la Grande Boucle découvrent le port de la Rochelle comme de simples promeneurs.

On ne parlait pas encore de déviation.Il en est aujourd’hui qui regrettent que La Rochelle soit si souvent oubliée du parcours du Tour.Mais c’est bien connu : les jantes ont de la mémoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy * for Click to select the duration you give consent until.