Comment Pierre-Louis Bouchet a réussi à s’imposer ?

Comment a commencé l’aventure Bonne Anse? Avec trente-cinq ouvrages au compteur et des dizaines d’autres à venir. Les éditions Bonne Anse de Vaux-sur-Mer ont tout juste dix ans, un sérieux bilan et de solides projets.J’ai alors pensé que je pourrais monter une entreprise d’édition, chez moi à Vaux, dans une petite dépendance de la maison familiale.Quel a été le premier livre sorti aux éditions Bonne Anse?

J’ai immédiatement travaillé avec Yves Delmas pour son livre «Pontaillac, histoire d’une conche à Royan».

Il faut imaginer que nous sommes ici au centre dans ce que mon père Jean Bouchet – qui fut président de l’office de tourisme pendant vingt ans -, appelait le «triangle d’or» ; triangle constitué par la culture de l’huître, des vignes de cognac et celles des vins de Bordeaux.

Nous avons une culture et des paysages d’une incroyable variété.

Nous avons trois sorties prévues pour les prochaines semaines : «L’architecture 1 900 à Royan» par Frédéric Chasseboeuf, «La station touristique royannaise de la fin du XVIII e siècle au début du XXe siècle» de Denis Butaye, et «Un siècle de photographie» par Danielle Marcou.

Il y en a un auquel je tiens plus particulièrement, c’est une histoire de Royan.Entendez par là, pas seulement une histoire du tourisme, mais quelque chose de beaucoup plus complet.

Guy Binot est déjà au travail sur ce projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte