Les militaires ne savent plus où ils habitent

Mais où résident les militaires de la base aérienne 722 à cheval sur Les Gonds et Thénac, deux communes qui jouxtent Saintes? Même si, depuis des années, les deux collectivités locales partageaient, d’un commun accord, le nombre de militaires présents à la base-école, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a décidé qu’à partir de 2008 les règles allaient changer.

L’enjeu pour les deux communes étant le niveau de dotation globale de fonctionnement (DGF) versée par l’État. Plus la population d’une commune est élevée et plus celle-ci est importante.

Ce qui correspondait à environ 800 personnes, que l’on se partageait entre Les Gonds et Thénac.

Le maire des Gonds, Patrick Simon, a recontacté au mois d’avril les avocats de la commune qui se chargent de ce dossier.

«Ils retravaillent sur un mémoire qui sera présenté à nouveau au Conseil d’Etat», indique l’élu.

Dans ce mémoire, figureront certainement les arguments développés par le maire pour obtenir, au moins, dans le calcul de la population de la commune lors du prochain recensement, la moitié des 158 élèves militaires affectés en totalité depuis 2008 à la commune de Thénac.

Pour ce qui est de revenir à l’ancien mode de calcul prenant en compte la totalité des militaires de la base aérienne 722, ça semble plus compliqué.

D’ailleurs, la commune de Thénac vient de lâcher l’affaire après plusieurs années de requêtes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * for Click to select the duration you give consent until.

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte