La décision des chasseurs contestée

C’est une subtilité réglementaire qui échappe sans doute aux lapins gourmands du canton de Jonzac.Elle se pose néanmoins aux chasseurs de Saint-Médard : est-il possible de dissoudre une Association communale de chasse agréée (Acca)?Il y a dix jours, le président de l’association saint-médarienne mettait au vote cette dissolution, entendant tourner définitivement la page sur le fameux conflit ayant entraîné la condamnation de l’association communale de chasse.

On se souvient que, le 21 janvier dernier, le tribunal de Jonzac la sommait de verser 11 000 euros au viticulteur, M. Guibert (par ailleurs maire de Mortiers), en réparation des dégâts causés par les lapins sur ses ceps de vigne durant l’hiver 2011.

La majorité de la somme est couverte par l’assurance de l’Acca, mais ce conflit a, semble-t-il, suffisamment usé son président, Jean-François Aligné, par ailleurs maire de Saint-Médard, pour qu’il veuille jeter l’éponge.

Or, en Charente-Maritime, depuis les années 60, la présence d’une Acca est obligatoire pour gérer les activités de chasse.

Autrement dit, la dissolution votée par l’assemblée générale de l’Acca de Saint-Médard n’a pas de réelle validité – ce que confirme la préfecture de Charente-Maritime.

Aucune rallonge sur le mois de mars n’a été demandée pour Saint-Médard, en vue d’une battue de destruction, ni aucune battue administrative décrétée pour endiguer la prolifération de l’animal par trop destructeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Sortir
Masquer