Il entraîne des chevaux

Gérard Paillé aura d’abord mis les mains dans la terre et façonné des fromages avant de fréquenter les champs de course.Cet agriculteur est né à Blanzac-lès-Matha, «mes parents avaient une maison dans le village», raconte-t-il.Adulte, il s’est établi à l’entrée de la commune, au Crépet.Et puis, j’ai dû arrêter, alors j’ai changé de voie.


L’homme de la terre s’est laissé tenter par l’aventure hippique dans les années 1994-1995. Une période difficile est venue heurter sa ligne de vie.

Il a dû creuser de nouveaux sillons. Les chevaux ont alors été une évidence.

Sa passion du cheval, l’entraîneur de Charente-Maritime, malgré des dehors peu diserts, a dû mal à la dissimuler.

Par bribes, Gérard Paillé se remémore le goût de la compétition qui l’a très vite attiré dans le milieu équestre et les premiers galopeurs qu’il a fallu lâcher après un grave accident.

Le seul moyen de garder dans ses enclos son bien le plus précieux : Risque-Tout. Une belle robe marron et des pattes de roi du sulky.

Le Blanzacais n’ira pas plus loin en parlant d’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Sortir
Masquer