Le chocolatier met un pied sur le continent

Avec 40 tonnes de chocolat produites l’an dernier, et 50 à 60 tonnes de caramel, Éric Vallegeas n’est plus à ranger au rayon «petit artisan du coin». Le patron de la SARL Île de Ré Chocolats, fils d’un artisan boulanger-pâtissier rétais, a fait prospérer sa petite entreprise depuis la création de la SARL, en 1995.


Mais voilà, le site de la petite zone artisanale des Salières est devenu bien trop exigu pour loger 20 salariés (au plus fort de la saison), machines et stocks.

L’entrepreneur a donc mis 1,2 million d’euros – l’équivalent de son chiffre d’affaires de 2012 – dans la construction et l’aménagement d’un bâtiment de production neuf.

Un bâtiment couleur chocolat, sur un terrain proposé par la Communauté d’agglomération de La Rochelle et logé zone des Rivauds-nord à La Rochelle.

Autrement dit, de l’autre côté du pont de Ré. Pourquoi cette «délocalisation» de quelques kilomètres?

De toute façon, sur Ré, construire est difficile, se faire livrer est difficile, recruter, aussi, est difficile… Sur mes 20 salariés, 18 viennent de La Rochelle.

On n’y produira plus que les spécialités maison, comme les bonbons de chocolat en forme de pilots de sel, de fort Boyard, pommes de terre rétaises au praliné… L’espace gagné permettra d’agrandir la boutique, de créer un musée du chocolat et d’organiser la visite du laboratoire.

Zone des Rivauds-nord, le bâtiment neuf produira le reste, pour alimenter le magasin de Saint-Martin, la boutique en franchise ouverte à Rochefort et les 400 à 500 points de vente (annuels et saisonniers) du chocolat et des caramels d’Éric Vallegeas en France.

Celui de Saint-Martin, voué à demeurer le siège social de la PME, doit être revisité d’ici juillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy