Le bijou des années 50

Cet immeuble blanc en arrondi avec ses pilotis et ses élégants brise-soleil au premier étage. L’immeuble dit des Ponts et Chaussées qui figure parmi les monuments les plus représentatifs de la reconstruction du centre-ville est, depuis le mois de novembre, livré aux maçons.


Désaffecté par l’Administration en 2009 et racheté en 2011 par un Royannais, Jean-Philippe Guerry, l’immeuble est en cours de restauration et de réhabilitation.

Dessiné en 1949 par l’architecte Yves Salier et livré quatre ans plus tard, l’immeuble abritait essentiellement des bureaux des Ponts et Chaussées, puis de la Direction départementale de l’équipement (DDE), avant que celle-ci ne devienne la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM), ainsi qu’un appartement destiné au directeur, au deuxième étage.

Moquette imitation velours collée aux murs dans le style des années 70, châssis de fenêtres en aluminium comme dans les années 80, véranda baroque à l’extérieur, cloisons montées à la va-vite, et bricolages en tous genres.

La semaine prochaine, les nouvelles baies vitrées au premier étage seront posées ; des baies avec un cadre en acier respectant les profils des années 50 mais pouvant recevoir un discret mais efficace double vitrage.

«Il faut savoir que ces fenêtres sur mesures coûtent environ trois fois plus cher que des fenêtres en aluminium», précise Jean-Philippe Guerry ravi de sauver ce petit bijou de l’architecture moderne et dans lequel il aura investi – achat de l’immeuble compris – entre, 2,3 et 2,5 millions d’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy * for Click to select the duration you give consent until.