Des caméras pour le centre-ville

Depuis deux ans, c’est un dossier qui fait débat entre majorité et opposition, cette dernière n’ayant jamais caché ses doutes quant à l’utilité et la pertinence de l’installation de caméras de vidéoprotection dans des secteurs ciblés du coeur de ville ainsi que dans quelques endroits dit «stratégiques».Par une abstention qualifiée d «ouverte», elle l’a d’ailleurs réaffirmée lors du Conseil municipal.


Plutôt qu’apporter une réponse statique par l’installation de caméras, il aurait fallu savoir qui sont les jeunes, d’où ils viennent, pourquoi ils commettent des dégradations.

Nous avons une très belle jeunesse mais aussi une jeunesse en difficulté, de tous milieux.

Dans ce que nous tentons avec eux, il y a des échecs mais aussi parfois de très belles réussites.

«La gendarmerie nous a bien aidés pour identifier les problèmes et les lieux à problèmes», a indiqué le maire qui a proposé désormais, «de passer aux actes, sachant que sur une année, on enregistre à Jonzac entre 200 et 250 faits de dégradations de biens publics, vols de matériels, vols dans des véhicules, pneus crevés, bris de rétroviseurs\u2026» Et personne n’a oublié les dégradations commises sur le parking de la gare, tout juste refait à neuf, en juin dernier.

Il est question de mettre en place une dizaine de caméras «dans un premier temps».

Et rien n’exclut que l’équipement puisse être étendu en fonction des besoins.

Parmi les endroits identifiés comme devant être placés sous surveillance, on trouve le secteur des rues de Verdun, James-Sclaffer, Sadi-Carnot et des Carmes, les places de la gare, du marché, du Château, de la République, Fillaudeau et du Champ de Foire, les parkings Paul-Bert et Lucien-Brard, la Base de loisirs, mais également le secteur de la médiathèque et les parkings du collège et du lycée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy * for Click to select the duration you give consent until.