Du temps pour les déficients visuels

Bernard AucouturierUn anniversaire qui n’a peut-être pas fait assez de bruit, puisqu’on estime entre 5 000 et 6 000 personnes, dans la région, dites déficients visuels qui ne profitent pas encore du service gratuit instauré par l’association des Donneurs de voix.


«Notre travail est reconnu d’utilité publique depuis 1977, mais, parfois, on peine à faire passer notre aide et nos bonnes intentions», explique Bernard Aucouturier, correspondant royannais pour la Bibliothèque sonore.

Après avoir quitté le Lion’s club, il a décidé de continuer à mettre son temps aux profits de la solidarité et du confort des handicapés n’ayant pas la possibilité de lire.

«Il ne faut pas oublier que l’incapacité de lire touche certains handicapés moteurs, pas seulement les aveugles ou les malvoyants», insiste Bernard Aucouturier.

Du théâtre à la poésie, en passant par les polars, près de 200 personnes bénéficient actuellement du système mis en place par les bénévoles.

Grâce à la franchise postale accordée par l’État aux membres des Bibliothèques sonores, les supports audios sont expédiés et retournés sans frais entre le centre rochelais et les déficients visuels.

Depuis 2003, les Bibliothèques sonores ont abandonné l’enregistrement sur cassettes pour basculer sur des supports plus modernes comme les CD.

Pour écouter les heures d’enregistrement de chaque \u0153uvre, les bénéficiaires doivent être équipés d’un ordinateur ou d’un lecteur MP3.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy * for Click to select the duration you give consent until.