Neuf mois d’attente et 21 minutes de route

Sont-ils à moins de 30 minutes de la maternité la plus proche? Entre les hôpitaux publics (La Rochelle, Saintes, Rochefort, Saint-Jean-d Angély) et les cliniques privées (le Mail à La Rochelle, Pasteur à Royan), il dispose de 134 lits qui ont totalisé très précisément 5 734 accouchements en 2011.

Selon François-Emmanuel Blanc, directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS), 95 % de la population du Poitou-Charentes est à moins d’une demi-heure d’un service d’urgences, en général, et de néonatalité en particulier.

Mais pour le haut fonctionnaire, la parole présidentielle a valeur de directive impérieuse.

Selon une étude du ministère des Affaires sociales publiée en 2011, une maternité sur cinq a fermé ses portes en France depuis 1975.

La baisse de 10 % du nombre de lits entre 2001 et 2010 a été compensée par une diminution de 11 % de la durée moyenne de séjour.

Mais elle a entraîné «une augmentation du temps de délai moyen», qui est toutefois qualifiée de «faible».

Deux minutes supplémentaires par exemple pour la Charente-Maritime où, note l’étude, «un maillage efficace du territoire permet de limiter les temps de déplacement».

Pour François-Emmanuel Blanc, le nombre de lits «ne veut pas dire grand-chose» quant à la qualité du service de soins proposé à la population.

Depuis, les habitantes du Sud-Saintonge vont accoucher à l’hôpital de Blaye, qui n’est pas forcément à moins de 30 minutes de leur domicile.

En revanche, le centre hospitalier de Jonzac abrite toujours un centre de périnatalité qui fonctionne en liaison avec la maternité du Centre hospitalier de Saintes et les maternités environnantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Sortir
Masquer