Les deux derniers gardiens de phare regagnent la terre

Jean-Paul Eymond et Serge Andron ont remis, vendredi 29 juin, la clef de Cordouan, le plus ancien phare du pays, après trente-cinq ans de bons et loyaux services. Avec leur départ à la retraite, la profession de gardien de phare d’Etat s’éteint. La page a été tournée à 17 heures, lors d’une cérémonie dans ce phare édifié en pleine mer à partir de la fin du XVIe siècle, situé à 7 km des côtes de la Charente-Maritime et de la Gironde.

En présence d’une cinquantaine de personnes, les deux derniers gardiens de phare de France ont remis une grosse et vieille clef à quatre employés du syndicat mixte pour le développement durable de l’estuaire de la Gironde, désormais chargés de l’accueil des touristes pendant la haute saison et de la surveillance du site.

Après la disparition, à la fin des années 1940, de l’éclairage à la lampe à pétrole, puis l’automatisation des signaux et l’arrivée des balises de détresse, leur quotidien était ces dernières années fait de tâches de maintenance des groupes électrogènes et d’entretien du monument, assurant aussi des relevés météorologiques et de marées.

Pendant leur service, les gardiens vivaient dans des chambres de 16 mètres carrés, aux grandes fenêtres sans vue sur l’océan, les zones de vie étant dans la cour.

Dans cette tour, où trois cents marches permettent d’accéder à la lanterne, ils ont traversé bien des tempêtes, y compris celle de 1999. Source L.M



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * for Click to select the duration you give consent until.

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte