De l’imagination avec ses doigts

Photo DP.
«Je fais ce que j’imagine». Patrick Ringot, blouse blanche, lunettes jaunes devant les yeux, caresse du bout des doigts une statuette de terre glaise encore fraîche. Patrick étire un petit bout de terre pour améliorer l’oreille de la monture. Comme ça, il la «sent» mieux cette oreille. Patrick Ringot souffre d’une forme de dégénérescence maculaire depuis l’âge de 34 ans et aujourd’hui, jeune retraité, il est pratiquement aveugle.

Notaire pendant vingt-six ans, Patrick est aussi un artiste. Édith Frèche lui prodigue des conseils en lui faisant toucher du doigt – au premier sens du terme – les petites erreurs.

«C’est un cousin sculpteur qui m’a encouragé à me lancer». Avec les quatre autres élèves du cours, Patrick a appris avec beaucoup de patience les rudiments du modelage sur la terre.

On a besoin de s’aérer, la musique et les arts plastiques sont là pour ça. Avant son Don Quichotte, il a réalisé un coq et un hippopotame pour des amis.

Toutefois l’artiste évite de se lancer dans des compositions trop compliquées. S



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Sortir
Masquer