Charge lourde contre les gens du voyage

Didier Quentin a adopté un ton solennel pour se fendre, lundi soir, lors du conseil municipal, d’une charge lourde à l’adresse des familles des gens du voyage installées depuis quatre semaines sur le parking des Jardins du monde. Le maire a qualifié lundi d «envahissement sauvage et irrégulier» l’installation de ce groupe, d’abord rue Henri-Dunant, le 25 janvier, puis son déplacement aux Jardins du monde un mois plus tard.

«Membre de l’Association pour la promotion des gens du voyage», comme il l’a rappelé, et, par ailleurs, rédacteur ou co-rédacteur de plusieurs rapports parlementaires sur le sujet, Didier Quentin a pris soin de souligner qu’il n’avait «aucun a priori négatif» à l’égard de la communauté des gens du voyage.

Concernant le cas spécifique du groupe actuellement installé devant les Jardins du monde, le premier magistrat a même révélé lundi soir qu’en liaison avec son premier adjoint, Bernard Giraud, il avait d’abord toléré la présence de ces nombreuses caravanes rue Henri-Dunant, sur un terrain actuellement utilisé comme dépôt de chantier pour les entreprises intervenant à cet endroit sur le réseau d’assainissement.

«Nous leur avons proposé de se rendre sur l’aire d’accueil de Saujon, ce qu’ils ont refusé, ainsi que sur plusieurs autres emplacements, beaucoup moins gênants pour la collectivité, qu’ils ont également refusés», détaille Didier Quentin.

Comme des fraudeurs, puisqu’apparemment, leurs revenus proviennent de travaux divers faits « au noir », au détriment des artisans locaux qui, eux, paient des taxes et des impôts.

Royan, à l’heure actuelle, ne souscrit pas aux obligations fixées par la loi Besson de 2000, qui impose aux communes de plus de 5 000 habitants de disposer d’une aire d’accueil permanente. S



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Sortir
Masquer