« Mein Kampf » symbole d’un débat de libraires

Photo Ronan Cherel
Alors que le programme de Hitler, «Mon Combat» édité en français depuis 1934 tombera dans le domaine publique le premier janvier 2016 (soixante-dix ans après la mort de son auteur), son apparition dans les librairies fait encore débat. Contrairement aux autres librairies royannaises, la Maison de la presse a décidé de faire apparaître le texte fondateur du nazisme au rayon histoire. Avec six ventes depuis janvier 2011, l’établissement est loin de battre les records de l’ancienne propriétaire de l’Atrium : 18 entre juillet et août 2004.

Peu fière de ces ventes, elle expliquait à l’époque que ces acheteurs se défendaient d’adhérer à l’idéologie fasciste mais avaient une démarche historique.

Aujourd’hui, Corinne Pichon, qui a repris la boutique, ne veut plus avoir le livre en stock et attirer «ce type de clientèle».

Le propriétaire de la librairie Rivage, Patrick Frêche, la rejoint sur cette conception. Il ne faut pas se méprendre, les gens qui achètent ce livre sont des gens qui savent penser.

Il peut permettre de comprendre où mènent des idées qui paraissent séduisantes à certains. «Mein Kampf» n’est bien sûr pas à mettre dans toutes les mains. S



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Sortir
Masquer