Une digue chasse l’autre

.
photo olivier blanchet
Sur le terre-plein derrière le Forum des pertuis, cette phase de chantier, la plus spectaculaire depuis le coup d’envoi des travaux au printemps dernier, tient ses délais.Plus loin, en regardant vers l’entrée du bassin, le regard se perd sur une digue du Lazaret qui ne dit plus son nom.Elle est impitoyablement grignotée par les engins de chantier qui en abaissent le niveau.Depuis la capitainerie, quand on observe l’entrée du port, le Lazaret est cette protection située à main gauche.

167 000 mètres cubes (un camion en transporte une quinzaine) de remblai et blocs de pierre dure vont ainsi être remués pour abattre 350 à 400 mètres de protection et reformer une longueur équivalente.

La ville de La Rochelle a bien évidemment la main sur cette opération d’infrastructure, et elle transmettra le relais à la Régie du port de plaisance pour la pose des pontons et des équipements nécessaires à l’accueil des premiers bateaux.

De quelle ressource les entreprises Guintoli et NGS disposent-elles près du bassin?

Des 12 000 mètres cubes de remblai qui avaient été roulés et tassés pour créer un accès au pied de la digue des Tamaris en vue de sa consolidation.

Les deux opérations étant simultanées, il arrivera une séquence où la phase finale de déconstruction sera réalisée sans risque.S



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy * for Click to select the duration you give consent until.